Entrez dans ce monde des plus étonnants !
 
Quand ils s'approchent de Sancyria, les êtres "maléfiques" ou appartenant à des races considérées comme tel sont pris d'étourdissement, de vertiges et d'un effroyable besoin de fuite à l'instant même où ils entrent dans le halo de lumière.
Quand La Puissance se Déchaîne ! Aujourd'hui, nous discuterons avec un petit tas de cendres à propos des risques encourus lorsqu'on attaque un Mage avec un gourdin.
Si vous voulez un bon repas, cherchez un aubergiste. Trempez-le tout de même toute une nuit dans le lait avant, cela évacuera la crasse.
As they dance under the moon, they bring doom.
E'drid se demande qui de l'oeuf ou du dragon est apparu le premier. E'drid ne le sait pas. Peut-être que les prêtres savent.
L'heure tourne, Armadon place ses cartes, la roue du Temps se met en route ; ces terres font un bond dans leur destin, et E'drid est toujours là pour les regarder.
E'drid sait qu'il existe beaucoup de divinités. Des grandes, des petites, des écailleuses. E'drid se demande pourquoi on en parle pas plus.
Moi j'ai un rêve.
Il a un rêve.

Partagez| .

Who's afraid of the big bad wolf, pirate can you tell me ? [PV Stanislas Hankou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Musicienne et Conteuse Itinérante

Messages : 84
Date d'inscription : 17/01/2016

Fiche du Personnage
Daemon : Griffin alias Ser Griffouille
Relations:
Monture: //

MessageSujet: Who's afraid of the big bad wolf, pirate can you tell me ? [PV Stanislas Hankou] Sam 30 Juil - 23:34







Who's afraid of the big bad wolf, pirate can you tell me ?


Du sang coulait dans ma gorge alors que j'observais mes opposants bien campé sur mes quatre pattes. Ce n'était pas la première fois que nous empruntions ce chemin et je ne m'étais pas attendu à ce qu'il devienne d'un coup aussi mal fréquenté. Ne jamais baissé sa garde, c'était une leçon que je croyais avoir retenu. J'avais tort apparemment sinon, j'aurais été prudente, je les aurais senti et nous aurions éviter ça. Enfin, les choses ne se déroulent jamais comme on le voudrait pas vrai ?
Rapidement je jetais un coup d’œil derrière moi. Ame avait fuit dans cette direction quand nous nous étions fait attaqué, j'osais espérer qu'il allait bien... Mais je ne pouvais pas le laisser seul trop longtemps. Secouant la tête je me re-concentrais sur le combat. Ils étaient trois au départ et l'un d'eux agonisait maintenant sur le sol, sa gorge arrachée se vidant de son sang. Par réflexe ses compagnons bandits avaient fait un pas en arrière en voyant la scène. J'avais espéré qu'ils fuiraient mais c'était trop demander de toute évidence. Pourquoi ? Je me posais bien la question... C'était de simples bandits plus insistants que la moyenne ou des mercenaires qui s'amusaient à rapporter des têtes d'Inus pour recevoir je ne sais quoi en récompense ? Bah ! Ça n'avait pas d'importance, quelle que soit la raison de leurs actes, elle leur couterait la vie.

Un miaulement soudain me ramena à la réalité, juste à temps pour que je puisse esquiver un carreaux d'arbalète. Je vis une boule de poils rousse se jeter sauvagement sur l'homme qui venait de tirer. Griffin devait vraiment me trouver distraite pour se mêler de ce combat. En parlant de daemon... Où était les leurs ? Il était parfois plus facile de s'attaquer à un daemon qu'à une personne... Il m'avait sembler apercevoir un gros chien mais celui-ci avait disparut de la zone quant à l'autre daemon encore en vie... Il devait s'agir d'un plus petit animal qui ne s'était pas montré. Quoi qu'il en soit, si Griffin s'occupait de l’arbalétrier, il en restait un pour moi. Sans attendre davantage, je lui bondis dessus visant sa gorge de mes crocs. Plus rapide que prévu, il intercepta ma gueule avec son bras. Mes dents se plantèrent dans sa chair et mon poids fut suffisant pour le faire basculer à terre. Je sentis les os de son avant bras se briser sous ma mâchoire alors qu'il tentait désespérément de me maintenir le plus éloigné possible de son visage. Allez... Encore quelques secondes, il ne pourrait pas tenir éternelleme... Je n'eus pas le temps d'arriver au bout de ma pensé que ma mâchoire se referma soudainement accompagné d'un couinement de douleur. Une vive douleur me traversa la colonne vertébral. Qu'est-ce que ?! Griffin ! Du coin de l'œil, je vis le limier que j'avais aperçus plus tôt tenir mon Daemon dans sa gueule et le lancer au loin. Lorsqu'il heurta le sol, je ne pus retenir un couinement de douleur, desserrant ma prise sur le bras de mon adversaire... Une grave erreur, celui ci avait perdu son épée lors de sa chute, mais il parvint à attraper un poignard. Utilisant le pommeau, il me frappa aussi fort que possible dans le museau. J'entendis un craquement provenant de mon nez et je renforçais ma poigne sous l'effet de la douleur.  Pas pour longtemps cependant, un bruit sec se fit entendre accompagné d'une douleur foudroyante au niveau de mes côtes, une fois puis deux. Sous l'effet de la douleur, je fis un bond en arrière, rejoignant Griffin qui avait du mal à se relever et dont le pelage était parsemer de tache de sang. Je pouvais juste sentir mon propre sang coulant le long de mes narines et une douleur lancinante courant le long mes côtés. Génial... Mon nez était en miette, je venais de me faire planter un poignard dans les côtes et Griffin était en piteux état. Autant dire que je n'étais pas dans les meilleures disposition pour rester sur mes pattes... Mais malgré là douleur et le désagrément, je pouvais toujours me battre... Je devais toujours me battre. J'avais vécu pire après tout ! Et puis je ne pouvais pas laisser Ame seul, il m'attendait encore.
Une partie de mes forces revint avec cette pensé, je fis un bond pour achever le bandit au poignard avant d'être coupé dans mon élan par un carreau d'arbalète qui vint se ficher pile dans la jointure entre mon épaule et ma colonne vertébral. Je tombais lourdement au sol, faisant voler un nuage de poussière sur ma fourrure blanche. J'essayais de me relever, tachant le sol du sang qui s'écoulait de mes plaies... Beaucoup de sang. Beaucoup trop. Mais bref, je n'allais pas abandonne pour si peu. Cependant, avant que je ne puisse me remettre complètement sur mes pattes un nouveau carreau d'arbalète vint se planter dans une de mes pattes postérieurs me faisant retomber au sol. Une nouvelle fois, je tentais de me relever, sans succès. Derrière moi, j'entendis Griffin feuler férocement contre le limier qui lui tourner autours en grognant. Lui non plus n'était pas dans sa meilleure forme.
Affronter un élémentaire à l'école des mages, faire face aux bestioles qui hantaient le marais de Wargoth... Et mourir face à deux voleurs parce que l'un d'eux à réussit à bien placer deux coups de couteau. Mouais, dans la liste des morts nulles, elle doit être pas mal celle là...

© Jawilsia sur Never Utopia

_________________

Voix - Ame

Kit by Kiowara


Dernière édition par Okami Tsukiyo le Dim 21 Aoû - 12:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Admin | Leader, Pirate, Assassin, Voleur... Tout pour plaire

Messages : 742
Date d'inscription : 20/05/2012
Age : 99
Localisation : Excellente question

Fiche du Personnage
Daemon : Kedatt, perroquet-griffon
Relations:
Monture: ///

MessageSujet: Re: Who's afraid of the big bad wolf, pirate can you tell me ? [PV Stanislas Hankou] Mer 17 Aoû - 3:19




Who's afraid of the big bad wolf...

... Pirate, can you tell me ?


Enfin, l'affaire fut conclue, et les deux hommes échangèrent une poignée de main solennelle avant de s'éloigner sans dire mot.

L'un des deux hommes avançait seul sous le couvert des arbres, profitant de l'ombre et de la fraîcheur que lui apportaient les bois en cet après-midi d'été. Encapuchonné, il dissimulait également ses habits sous une longue cape brune, bien que parue par la capuche la tête d'un petit volatile à moitié assoupi.
Oh, non pas que dévoiler son identité eut à ce point dérangé l'individu ! Mais la réputation de cette route laissait à désirer et ses affaires devaient rester secrètes... ou du moins, pour un temps.

Stanislas avait quitté Solitude quelques jours auparavant,dès que la réponse de l'homme lui avait été transmise ; désormais à mi-chemin entre la capitale et Luneline, il marchait seul sur la route en direction d'une auberge qu'il connaissait sur le chemin, et qu'il avait rejoint peu après son exploration de Morteforge avec le nain de garde du Roi. Il avait des gens à prévenir en ce lieu, et... simplement besoin de se changer les idées.

Depuis qu'on l'avait extirpé de la Crique aux Sirènes, celle qu'il aimait restait introuvable. Elle l'évitait, peut-être, ou alors était-elle blessée, ou morte ; ou bien avait-elle simplement décidée que tout était terminé. Le voleur expérimentait la peine de coeur, et se noyait sous le travail pour éviter de prêter attention à son chagrin. Cet état de douleur intérieur le laissait perplexe ; comment pouvait-il soigner et guérir une blessure impossible à voir ?

Mais bientôt le brouhaha d'un combat vint sortir le marin de la contemplation de son malheur.
Des brigands, l'un gisant désormais à terre, s'en prenaient à un imposant loup de couleur blanche, tremblant et malmené par les deux bipèdes. Le combat des plus étonnants contre cette créature rappela à Stanislas les croyances Velsianoises concernant les divinités animales de la forêt, mais la présence d'un chat aux côtés du loup l'étonna plus que tout le reste. Un daemon ? ... Sans hésiter, Stanislas s'approcha de l'homme à l'arbalète, qui visait l'animal avec l'intention évidente de tirer. Dos à l'assassin et trop occupé à martyriser a proie, il ne se rendit compte que trop tard du glissement froid et pénétrant de l'acier tranchant contre sa gorge, regardant sans comprendre le sang qui giclait dessous sa glotte, retenu à la taille par le second bras de son meurtrier qui s'emparait à la fois de sa vie et de sa bourse.

Discret quand il le voulait, Stanislas s'était servit de la lame cachée à son poignet pour achever l'homme avant qu'il ne tire. Kedatt, quant à lui, s'était complètement réveillé et, après s'être faufilé en dehors de la capuche de son camarade, s'était installé sur une branche en hauteur, où il trônait désormais et suivait la scène avec attention.

- Eh bien, eh bien, qu'avons-nous là ?

Le corps à ses pieds, Stanislas s'était emparé de l'arbalète et visait désormais le dernier attaquant, qui se rendait compte trop tard de la situation. Les yeux écarquillés, il observait le voleur, dague à la main sans trop savoir quoi en faire, attendant - mais quoi au juste ? Un carreau d'arbalète fila et lui perfora le poumon ; il s'écroula, attendant la mort en gémissant doucement.

Stanislas avait visé le coeur mais, moins habile qu'avec un arc, s'était raté dans son final.
Bah, pas grave, le résultat était là. Alors que Kedatt reprenait place sur son épaule, brillant de couleurs plus exotiques les une que les autres, l'homme encapuchonnée s'approcha de la louve, s'accroupissant non-loin mais en prenant garde de se mettre hors de portée de ses terribles crocs.
L'animal blessé n'était pas le plus dangereux de tous, après tout ?

- J'imagine que tu dois être un inu, vu le chat que tu as là. Ou alors, je parle simplement à un gros loup. Dans tout les cas, ils vous ont bien amochés, tout les deux.

Son regard vert parcourut rapidement la fourrure de l'animal, afin de comptabiliser et réfléchir aux soins à apporter aux différentes blessures qu'il y avait là.

- Ecoute, ça va faire sacrément mal, mais je vais essayer de retirer les flèches et le poignard ; si tu peux prendre forme bipède, tu devrais le faire maintenant. Ou sinon... Évite juste de me mordre, aye ?

Prudemment, il avança ses mains vers l'animal blessé, ses pensées enfin détournées vers quelque chose d'autre que son propre malheur.

_________________
And make death proud to take us.











Revenir en haut Aller en bas


avatar

Musicienne et Conteuse Itinérante

Messages : 84
Date d'inscription : 17/01/2016

Fiche du Personnage
Daemon : Griffin alias Ser Griffouille
Relations:
Monture: //

MessageSujet: Re: Who's afraid of the big bad wolf, pirate can you tell me ? [PV Stanislas Hankou] Dim 21 Aoû - 13:22







Who's afraid of the big bad wolf, pirate can you tell me ?


On dit qu'au moment de sa mort, on voit toute sa vie défiler devant ses yeux... C'était bien la seule chose positive la dedans. Les yeux clos, je n'attendais que ce moment... Qui tardait à arriver. Nan mais sérieux, il foutait quoi ? A bien y repensait, il me semblait avoir entendu quelqu'un d'autre arriver. Mais qui ? Avec mon nez complétement insensible, impossible d'utiliser mon odorat, me risquant à un regard, je remarquais que ce qui devait être mes assaillants était à terre, mort. Comment est-ce que... ? Je relevais difficilement la tête pour apercevoir quelqu'un... ou quelque chose... Je n'étais pas très sur. C'est assez difficile de savoir ce qui vous fait face quand votre même moi visuelle est une purge et que votre odorat vous fait défaut. Il ne me restait que l'ouïe d'utile sur le moment. Et elle se révéla précieuse quand celui qui me fit face se mit à parler :

- J'imagine que tu dois être un inu, vu le chat que tu as là. Ou alors, je parle simplement à un gros loup. Dans tout les cas, ils vous ont bien amochés, tout les deux.

Bon... Au moins c'était intelligent... Enfin, "intelligent". Disons que ça savait au moins parler. Mon regard alla des cadavres à l'inconnu. Il y ressemblait un peu... Donc c'était un ... Humain ? Ou quelque chose qui y ressemblait en tout cas. Ceci dit, j'étais ravie de voir qu'on me prenait bien pour un loup, et non un chien. Ça me changeait.

- Ecoute, ça va faire sacrément mal, mais je vais essayer de retirer les flèches et le poignard ; si tu peux prendre forme bipède, tu devrais le faire maintenant. Ou sinon... Évite juste de me mordre, aye ?

Sur ces mots, il approcha sa main. Instinctivement, je ne pus m'empêcher de grogner. Il pouvait bien prétendre avoir les meilleures intentions du monde, au vue de la situation, la prudence était de mise. Il serait si facile de m'achever vu mon état. D'un autre côté, s'il avait voulu ma mort, il ne serait pas intervenu, non ? ... Rhhaaaa ! Bon, Okami, tu sais comment ça marche, on agit d'abord et on réfléchit après ! Du coup, je fis claquer ma mâchoire avec un grondement de signe d'avertissement, les oreilles plaquées sur l'arrière de mon crâne. Je dois vous avouer que j'avais plus peur qu'autre chose, je ne savais pas qui se trouvait en face de moi, même j’étais déjà sur que ce n'était pas Ame : il n'avait pas la même voix, et sans mon odorat, j'étais complètement perdue. Enfin presque... Et un rire lugubre me le rappela.

Non loin de là, Griffin, se relevait péniblement avec un rire des plus inquiétant. Une mise en scène plus qu'autre chose. Il pouvait bien jouer les génie démoniaque, il suffirait d'un coup de pied de l'inconnu pour le renvoyer au sol. Mais cette idée ne semblait pas effleurer l'esprit du félin qui dressait fièrement la tête, un sourire narquois sur le visage. Cela n'effleurait pas son esprit ou alors il se sentait trop fier pour admettre être en position de faiblesse. Griffin fit quelques pas dans ma direction et celle de l'inconnu. A sa façon de se déplacer, il était facile de voir le lourd effort que cela lui demandait. Pour mon plus grand étonnement, le félin ouvrit la bouche, non pas pour miauler mais pour prononcer quelques mots. Sa voix, toujours étonnement grave et inquiétante par rapport à son apparence, me surprenait toujours. Pas que je ne l'avais jamais entendu mais Griffin n'était pas bavard. A vrai dire, il ne parlait que quand il estimait que la personne en face de lui en valait la peine. Ou alors quand il n'y avait personne d'autre pour parler... Ce qui était le cas actuellement.

- Ah ! Celle qui partage le cœur de Griffin mord aussi efficacement, avec ou sans fourrure.

Bon, pour ce qui était de se faire passer pour un loup normal, c'était raté. Mais j'avais confiance en Griffin, s'il pensait qu'il pouvait s'exprimer librement, il y avait une raison. Du moins j'osais l'espérer...

- Griffin remercie celui qui est intervenu mais Griffin n'aime pas les étranger, ils sont dangereux. Alors Griffin n'aime pas l'humain qui est venu aidé.


Alors que jusqu'alors mes yeux était posé sur le chat qui venait de plaquer ses oreilles sur son crâne, il se détournèrent vers l'inconnu. Et bien ! Quel accueil, il venait probablement de nous sauver et c'était son remerciement. Oh, pas que je trouvais ça regrettable : notre méfiance nous avait sauvé la vie plus d'une fois. Mais de son point de vue nous devions être bien ingrat. Bah ! Tant pis au fond. Nous n'avions pas vraiment de temps à perdre. Il fallait retrouver Ame après tout. Cependant, Griffin ne semblait pas vraiment presser de partir à sa recherche puisqu'il ne se priva pas de demander :

- Qui est l'humain et que veut-il ?

Fixant d'un regard mauvais le félin à cause de ses dernière parole, je lui dévoilais mes crocs encore ensanglanté. Nous n'avions pas de temps à perdre avec ça, on s'en foutait de qui il était, on avait quelqu'un à retrouver ! Avec cette idée en tête, je fis quelques tentative pour me remettre sur mes pattes... Toute se soldèrent par un échec, je retombais au sol, encore, encore et encore. Ceci dit, il en fallait plus que ça pour que j'abandonne !

© Jawilsia sur Never Utopia

_________________

Voix - Ame

Kit by Kiowara
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Admin | Leader, Pirate, Assassin, Voleur... Tout pour plaire

Messages : 742
Date d'inscription : 20/05/2012
Age : 99
Localisation : Excellente question

Fiche du Personnage
Daemon : Kedatt, perroquet-griffon
Relations:
Monture: ///

MessageSujet: Re: Who's afraid of the big bad wolf, pirate can you tell me ? [PV Stanislas Hankou] Lun 5 Sep - 20:13




Who's afraid of the big bad wolf...

... Pirate, can you tell me ?



Stanislas, avec douceur, approcha sa main de l'animal. Le loup n'était cependant pas de cet avis, et à peine la mâchoire claque-t-elle, menaçante, que le voleur s'arrêta dans son élan. Bien,cette créature ne souhaitait pas être touchée, ça pouvait se comprendre, mais c'était assez regrettable pour elle dans cette situation là. Stanislas n'en doutait pas, s'il s'éloignait, elle serait morte avant que quelqu'un d'autre ne vienne. Et pourtant, le marin paraissait toujours amical, d'un air pur qui ne semblait étonnamment mêlé à aucune autre émotion.

- Bon, bon, j'ai compris. Mais tu sais, si je voulais te faire, disons, du mal, je n'aurais pas pris le temps de te parler ni même de continuer cette discussion. Ou plutôt, ce monologue.

Le silence s'installa et Stanislas commença à se relever. Si on ne voulait pas de lui ici, eh bien, il s'en irait ! Kedatt, perché sur sa branche, observait toujours la scène avec attention. Il avait entendu du bruit dans les bois alentours mais, comme cela ne semblait guère bien menaçant et que les bruits semblaient s'éloigner, le griffon n'avait pas donné l'alerte à son pirate. De toute manière, lui avait bien dû s'en rendre compte, non ?

- Ah ! Celle qui partage le cœur de Griffin mord aussi efficacement, avec ou sans fourrure.

Surprenant les deux comparses de par le ton étonnamment grave de sa voix, le chat qui était désormais à ne plus en douter le daemon de l'inu s'éleva. C'était un chat, un gros matou à l'air presque aussi aimable que la louve et qui... devait donc porter le nom de Griffin, aussi ironique que cela pouvait paraître à l'hybride qui le regardait du haut de sa branche. Lui, il ne revenait ni à Stanislas, ni à Kedatt. Mais l'humain aux cheveux bruns regardait le chat avec un petit sourire en coin dont il avait le secret. Cet animal ne lui revenait pas, mais il était tout de même fort amusant de le voir évoluer ainsi, comme s'il eu été le grand méchant d'une quelconque histoire pour enfants.

- Griffin remercie celui qui est intervenu mais Griffin n'aime pas les étranger, ils sont dangereux. Alors Griffin n'aime pas l'humain qui est venu aidé.

Stanislas croisa les bras sur son torse, et son propre daemon s'élança dans une bourrasque de couleurs pour se poser sur son épaule, repliant ses ailes et regardant le chat de plus près cette fois-ci. Lui ne disait rien ; il était de ces daemons qui n'ont pas la faculté de parler ; à peine pouvait-il prononcer de simples mots, mais cela lui donnait un air de grotesque volatile, faisant oublier aux personnes qui le voyait qu'il était un griffon, une espèce fort intelligente et surtout, fort débrouillarde. Bah, cela leur apprendrait, à se moquer plutôt que de regarder si leur bourse était toujours bien attachée.

- Eh bien, ne t'inquiètes pas, la prochaine fois, je m'en abstiendrais et passerais mon chemin !

Le ton ironique de ces paroles n'échappa à personne, mais la louve blessée gronda contre le dénommé Griffin. Celui-ci ne sembla pas s'en importuner et reprit.

- Qui est l'humain et que veut-il ?

- L'humain s'appelle Stanilas, si savoir son nom te tient tellement à coeur. Oh, il veut beaucoup de chose, allant d'une chope à une montagne d'or, mais pour le moment, disons qu'il comptait simplement aider l'inu qui te sert d'âme-soeur avant qu'elle ne passe en Anwen et que tu ne disparaisses en une gerbe de particules dorées.

Ce phénomène, certes très beau à observer, n'était absolument pas souhaité à ce moment. Ce chat compliquait la tâche de Stanislas mais il pouvait également réussir à convaincre l'inu : ou peut-être les deux souhaitaient-ils bêtement mourir ici, seuls, inconnus de l'histoire, sur ce chemin. Oui, c'était possible aussi.

_________________
And make death proud to take us.











Revenir en haut Aller en bas


avatar

Musicienne et Conteuse Itinérante

Messages : 84
Date d'inscription : 17/01/2016

Fiche du Personnage
Daemon : Griffin alias Ser Griffouille
Relations:
Monture: //

MessageSujet: Re: Who's afraid of the big bad wolf, pirate can you tell me ? [PV Stanislas Hankou] Jeu 15 Sep - 1:35







Who's afraid of the big bad wolf, pirate can you tell me ?


En soit, l'humain n'avait rien fait qui justifiait mon comportement agressif à son égard, bien au contraire. Mais vous savez ce que c'est quand on a une idée en tête et qu'on ne veux pas la laisser filer hein ? Griffin, cependant, continuait de le fixer d'un regard étrange... Il était froid, dur mais ni sournois et méprisant comme il avait l'habitude de l'être. Il se contentait simplement de jauger celui qui nous faisait face. Il n'eut aucune mouvement lorsque l'autre daemon fit son apparition. D'ailleurs, c'était quoi comme bestiole ? A l'odeur on aurait dit l'enfant caché qu'aurait eu perroquet et un lion après une soirée bien arrosée. Pour peu qu'un lion et un perroquet puisse avoir un enfant ensemble. Enfin... C'était ce que me faisait parvenir Griffin. Parce qu'avec mon nez cassé impossible d'utiliser mon odorat pour vérifier ses dires.

- L'humain s'appelle Stanilas, si savoir son nom te tient tellement à coeur. Oh, il veut beaucoup de chose, allant d'une chope à une montagne d'or, mais pour le moment, disons qu'il comptait simplement aider l'inu qui te sert d'âme-soeur avant qu'elle ne passe en Anwen et que tu ne disparaisses en une gerbe de particules dorées.

Stanislas... J'avais donc à mettre sur cette odeur et cette voix. ... Oui, oui. Odeur et voix, pas visage. Quand vous ne vous souvenez pas de ce que vous voyez, vos connaissances ne n'apparaissent pas sous forme de visages dans votre esprit, mais sous celle d'odeur, de voix, d'habitudes, etc... Mais le fait est, qu'autant j'avais la voix mais pour l'odeur je repasserai. Enfin bref, je digresse.

Griffin resta silencieux quelques instants. Sa queue se balançant de droite à gauche lentement. Finalement, ses yeux émeraude passèrent de l'humain à moi. Je pouvais sentir une certaine inquiétude émanant de lui, même s'il essayait de la camoufler. Ce que ce Stanislas venait de lui dire, il le savait déjà et il ne voulait pas que ça se produise.

- ... L'humain n'a pas complétement répondu à la question de Griffin.


Déclara le félin en se retournant vers l'intéressé. Cette remarque pouvait paraitre étrange mais le fait est que les noms n'avaient aucune signification pour Griffin, voilà pourquoi il ne les utilisait jamais. "C'est une manie qu'ont les humains de mettre des noms sur les gens" disait-il "les noms sont creux, ils ne font pas de nous qui nous sommes". Autant dire qu'avec cette façon de pensée, il était assez difficile de répondre clairement à cette question qu'il posait "qui es-tu ?" ... Après tout, pour pouvoir répondre, il fallait déjà savoir quoi dire.

Cependant, le félin roux ne resta pas bloqué là dessus.

- Mais Griffin s'en contentera. Griffin n'est cependant pas celui qui a le plus besoin d'aide, ce n'est pas à Griffin de décider s'il veut survivre ou bien se laisser mourir... et l'abandonner, lui.

Je n'avais jamais été particulièrement maligne mais même moi je pouvais comprendre à qui s'adressait réellement cette phrase. Je fis claquer ma mâchoire en direction de Griffin mais celui-ci n'en tint pas compte. Mon cher Ser Griffouille tourna simplement les talons pour s'allonger un peu plus loin, au calme.

Même si ça me faisait mal de l'admettre : Griffin avait raison. Je n'avais pas énormément d'options si je voulais rapidement retrouver Ame. Je poussais un soupir. Pourvu qu'il aille bien... Les oreilles légèrement pointé en avant j'observais l'humain. Je... Bon, ben quitte à mourir, autant que ce soit en essayant de survivre plutôt que pour avoir agit comme une idiote.

Je fis rapidement claquer ma mâchoire sous le coup de la frustration avant de poser complétement ma tête sur le sol et d'essayer de mettre les lames plantées dans mon corps bien en évidence pour que Stanislas puisse les atteindre facilement. Il voulait les retirer ? Soit. Mais s'il s'attendait à ce que je reprenne forme humaine pour ça, il pouvait toujours se brosser.

© Jawilsia sur Never Utopia

_________________

Voix - Ame

Kit by Kiowara
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Admin | Leader, Pirate, Assassin, Voleur... Tout pour plaire

Messages : 742
Date d'inscription : 20/05/2012
Age : 99
Localisation : Excellente question

Fiche du Personnage
Daemon : Kedatt, perroquet-griffon
Relations:
Monture: ///

MessageSujet: Re: Who's afraid of the big bad wolf, pirate can you tell me ? [PV Stanislas Hankou] Mer 16 Nov - 2:48




Who's afraid of the big bad wolf...

... Pirate, can you tell me ?



- ... L'humain n'a pas complètement répondu à la question de Griffin.

Croisant les bras en entendant ces mots, c'est à ce moment précis que Stanislas se demanda ce qu'il fabriquait encore là à tenter d'aider un être qui semblait préférer se vider lentement mais sûrement de son sang plutôt que d'être secouru. Oh, c'était son choix, il n'y avait plus qu'à l'assumer.
Heureusement pour eux, loup comme chat, celui qui se nommait Griffin et que Stanislas avait identifié comme le daemon sembla revenir sur ses paroles.

- Mais Griffin s'en contentera. Griffin n'est cependant pas celui qui a le plus besoin d'aide, ce n'est pas à Griffin de décider s'il veut survivre ou bien se laisser mourir... et l'abandonner, lui.

Ok.... Ce daemon était décidément franchement... Particulier. Cependant, ces paroles eurent un effet sur le grand loup blanc, qui claqua les mâchoires et grogna.
Stanislas, observant la scène, restait silencieux et quelque peu en retrait. Si ce daemon et son âme liée avait quelque chose a régler, qu'ils le fassent maintenant - peut-être saurait-il alors enfin si on lui donnait l'autorisation de s'occuper des flèches qui perçait l'inu et attentait grandement à sa vie.
Kedatt, silencieux, ne cessait de tourner la tête et d'observer comme son maître la scène qui se déroulait sous leurs yeux ; le griffon faisait preuve d'autant de curiosité et d'intérêt que son ami envers ces étonnants événements venus troubler leur journée.
Mais alors que Griffin et son âme-liée semblaient se disputer, Stanislas n'affichait quant à lui qu'une seule émotion, ainsi empli d'une curiosité presque maladive.

Enfin la louve vint à se détendre - ou du moins, sembla moins récalcitrante à l'idée qu'on allait tenter de la sauver. Tout son corps sembla se détendre et présenter les flèches, cause principale de la douleur, au pirate qui s'approchait déjà d'un pas mesuré et prévoyant. Toute trace de curiosité avait disparue : le voleur était désormais particulièrement sérieux.

Quand il fut auprès de la louve, Stanislas posa un genou à terre, et l'autre, avec délicatesse, dans le cou de la louve. Ce ne devait pas être fort agréable, il s'en doutait bien, mais c'était là le seul moyen de garantir qu'il enlèverait bien la flèche et non un morceau de chair au passage. Fermement, l'homme empoigna le premier projectile au plus près de la pointe.

- Cette position est inconfortable, c'est vrai. Et l'extraction sera douloureuse. Mais tu m'as l'air d'une grande fille, je sais que tu vas tenir le coup. Prête ? Tant pis.

Et sans préavis, sa main gauche posée à la gauche de la flèche et la droite l'empoignant, Stanislas tira sur la flèche. Tout d'abord, elle bougea lentement, prisonnière de la chair, puis se décrocha brutalement, libérée de la quelconque partie où elle était logée. Stanislas jeta la flèche derrière lui et réitéra le nombre de fois qu'il le fallait, prenant garde à ne pas s'attarder et à maintenir les mâchoires de la louve loin de son propre corps à lui. Il désirait aider, certes, mais également relativement conserver son intégrité physique, c'était là bien normal non ?

Après quelques minutes de lutte, les flèches furent enfin retirées et, bondissant en arrière, Stanislas se tint loin de la louve. Oh, c'était douloureux, il le savait, mais voila une bonne chose de faite : maintenant que cela était enlevé, il avait peut-être bien une chance de soigner cette créature. Etait-ce une inu, comme il le pensait ? Pour peu que cela fut vraiment le cas, peut-être pourrait-elle lui donner envie de rejoindre la Résistance contre le roi qui harcelait son peuple !

Enfin, pour cela, il faudrait déjà qu'elle se rétablisse.
Désormais à quelques mètres, le Leader de la Résistance se tenait sur ses gardes, prêt à éviter les attaques de sa patiente si celle-ci se faisait violente à cause de la douleur liée aux flèches. Kedatt, quant à lui, perché sur l'épaule de Stanislas, il regardait les flèches qui étincelaient de pourpre et d'argent dans les quelques rayons d'or qui filtraient au travers du couvert des arbres et de la muraille que formaient les arbres de la forêt. Si c'était dense ici, qu'en était-ce de la Lindoriel !
Ce sujet n'était en aucun cas important.

- Voila, c'est fait. Il y a une auberge pas loin, pour peu que tu acceptes de te laisser aider, voire même de changer de forme, je peux t'y amener et m'occuper de toi là-bas.

C'était une proposition honnête ; il n'allait pas la laisser seule dans ce bois, surtout dans cet état : et elle pourrait toujours devenir une future résistante, une fois remise sur pattes. Les mains tachées du sang de la louve, Stanislas posa son regard sur elle et lui sourit, de son fameux sourire qui en avait rendue dingue plus d'une - et d'un.
Cependant, cette fois, il souhaitait juste se montrer compatissant, réconfortant ; elle s'en tirait bien après tout, non ?!


[[ Vala j'ai reeep. Désolé c'est de la merde, je m'en excuse franchement, j'essayerais de faire mieux la prochaine fois x_x ]]

_________________
And make death proud to take us.











Revenir en haut Aller en bas


avatar

Musicienne et Conteuse Itinérante

Messages : 84
Date d'inscription : 17/01/2016

Fiche du Personnage
Daemon : Griffin alias Ser Griffouille
Relations:
Monture: //

MessageSujet: Re: Who's afraid of the big bad wolf, pirate can you tell me ? [PV Stanislas Hankou] Lun 28 Nov - 0:28







Who's afraid of the big bad wolf, pirate can you tell me ?


Bon, j'avais accepter, plus ou moins de bon cœur, que l'autre humain me retire les flèches coincé dans ma chair. Maintenant, il avait plutôt intérêt à se dépêcher avant que je change d'avis et que je lui bouffe une main. La tête toujours posée sur le sol, je ne pus m'empêcher de grogner de nouveau en sentant un genou se poser sur mon cou. Mes oreilles plaquées en arrière, en plus de démontrer mon agacement, servait d'avertissement à un coup de crocs imminent s'il ne se grouillait pas.

- Cette position est inconfortable, c'est vrai. Et l'extraction sera douloureuse. Mais tu m'as l'air d'une grande fille, je sais que tu vas tenir le coup. Prête ? Tant pis.

Oui bon, ça va hein. Pas la peine de me parler comme si j'étais une gamine qui vient de se faire son premier bobo. J'avais autre chose à foutre que de l'écouter déblatérer des stup.... AÏE ! Non mais ça va pas ?! Ça fait mal ! Sale enfant de [les propos qui suivent pouvant se révéler particulièrement insultant, l'auteur a tenue à épargner vos âmes innocentes] enfo... [Woops ! Il semblerait que l'auteur n'est pas pris suffisamment de mesures, veuillez nous excuser pour le dérangement]. Qu'il me lâche et j'allais le bouffer !

Au moins il avait des réflexes car dès qu'il eut finis sa besogne, l'humain s'éloigna. Pfff... Plus à porté de crocs. Tant pis. Quoi que... Je pouvais toujours essayer de me relever et... Oh et puis non. Il en valait pas la peine, quitte à ce que je me relève autant que ce soit pour quelque chose d'utile. Et puis... Bah, il m'avait aider. Un peu. Je pouvais pas vraiment le bouffer comme ça.

Je m’apprêtais à me relever mais la voix de Stanislas, puisque tel était son nom, m'interrompis. Qu'est-ce qu'il voulait encore celui là ?

- Voila, c'est fait. Il y a une auberge pas loin, pour peu que tu acceptes de te laisser aider, voire même de changer de forme, je peux t'y amener et m'occuper de toi là-bas.

Mmmh ? Je lui lançais un regard méfiant. Une auberge ? Je n'étais pas vraiment d'humeur à voir des gens et encore mois à reprendre une forme plus... convenable. Et puis je doutais d'avoir encore besoin d'aide maintenant. Les blessures faisaient toujours mal mais c'était supportable et puis ça ne m'empêchait pas de boug... Aïe ! Mmh... Je venais à peine de me redresser sur mes pattes qu'elles étaient déjà tremblantes. Grrrh... Levant les yeux, je croisais le regard désapprobateur de Griffin. Ouais... Il avait pas l'air chaud pour partir recherché Ame lui... Je grondais. Je ne pouvais pas laisser mon petit frère seul pourtant... Mais faire un pas était déjà douloureux alors lui courir après...

Peut être était-ce plus prudent de le rechercher une fois remise... En espérant qu'il aille bien. Je savais Ame plus débrouillard qu'il ne le laissait paraitre mais... Je ne voulais pas le laisser seul, pas plus que nécessaire en tout cas. Mon regard se dirigea alors vers l'humain. Méfiant. Il nous avait aidé, oui. Mais cela voulait-il pour autant dire que nous pouvions lui faire confiance ? Il n'y avait qu'un moyen de le savoir.

Reprendre une forme humaine avec des plaies fraichement ouverte était.... Douloureux. Chose amusante cependant : m'étant battu sous forme de loup, aucun de mes vêtements n'étaient troués en réapparaissant mais juste taché à cause du contact avec le sang. Mon premier réflexe en reprenant ma forme initial fut de porter ma main sur mon nez qui... pour le coup saignait encore, faisait un mal de chien et était bien complétement et définitivement péter. Faillait espérer que ça ne dure pas trop longtemps ou je risquais d'avoir du mal à me repérer...

- Et m*rde.


J'avais un peu de mal à tenir sur mes jambes mais au moins, je pouvais marcher à peu près droit.

- Bon alors ? C'est par où ?

Mon ton était monocorde et sans doute peu agréable. Et par peu agréable, je veux dire aussi agréable que de s'assoir sur un porc-épic. Néanmoins, j'étais, de base, jamais de très bonne humeur alors juste après m'être pris une raclé... Fallait pas trop en demander.

© Jawilsia sur Never Utopia

_________________

Voix - Ame

Kit by Kiowara
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Admin | Leader, Pirate, Assassin, Voleur... Tout pour plaire

Messages : 742
Date d'inscription : 20/05/2012
Age : 99
Localisation : Excellente question

Fiche du Personnage
Daemon : Kedatt, perroquet-griffon
Relations:
Monture: ///

MessageSujet: Re: Who's afraid of the big bad wolf, pirate can you tell me ? [PV Stanislas Hankou] Mer 3 Mai - 18:15




Who's afraid of the big bad wolf...

... Pirate, can you tell me ?




Stanislas ne s'était pas trompé. Les bras croisés, il attendait, et bientôt la louve ensanglantée qui se tenait non loin devant lui et qui le fixait d'un air maussade se décida à faire quelque chose d'un tant soit peu malin.

Bien évidemment, l'humain n'avait jamais eu à "reprendre forme humaine" comme certains de ses camarades, et la question de la douleur provoquée par l'action ne lui effleurait l'esprit, focalisé sur la forme blanche qui peu à peu se teintait de couleurs plus vive en reprenant, eh bien.
En reprenant forme humaine.

- Et m*rde.

Ses vêtements miraculeusement intacts, mais se teintant doucement, ici et là, du pourpre caractéristiques des blessures ouvertes, la jeune inu qui se tenait devant lui se redressa lentement, apparemment avec peine ; mais le pirate avait bien compris qu'elle ne désirait aucune aide et ne ferait que le repousser, alors qu'elle comprenne qu'elle ne pourrait continuer seule ! Kedatt, toujours sur l'épaule de son maître, sa queue enroulée autour de la nuque de celui-ci et remuant avec douceur à droite du visage humain, regardait avec la curiosité dissimulée et le flegme d'un chat la scène qui se déroulait devant ses yeux.

- Bon alors ? C'est par où ?

Le Capitaine sourit, décroissant les bras pour poser une main sur sa hanche.

- Tu vois, quand tu veux.

La voix de... Comment s’appelait-elle d'ailleurs ? Bref, la voix de la jeune femme, celle qui appartenait à l'espèce en voie de disparition, trahissait une sorte d'apathie et d'ennui qui amusaient plus qu'ils n'inquiétaient le rebelle. Incapable de s'inquiéter sur l'instant, il ne planait alors dans son esprit qu'une sensation d'amusement face à la situation... Oh, elle disparaîtrait bien vite, c'était à ne pas en douter.

- Suis moi, je vais te montrer ; n'oublie juste pas de cacher tes... attributs.

Et sans rien ajouter de plus, le leader s'en alla sur le chemin, en direction de ce qu'il savait être une auberge de chemin. Les oiseaux chantaient dans les arbres les plus hauts, insensibles à leur passage et au dérangement qu'ils causaient ; ici et là, les branches craquaient et les insectes chantaient, sans que Stanislas ne se fut particulièrement inquiété de tout cela. Kedatt, qui avait tourné la tête vers l'arrière, observait la dame et son daemon qui les suivaient sans rien ajouter.

- Alors, comment t'appelles-tu ma jolie, et que faisais-tu dans les parages ?

Le voleur et pirate glissait de temps à autre un regard vert en direction de la blessée, surveillant son état autant que s'assurant que tout allait bien. Il ne pouvait pas encore l'aider, mais il fallait avouer que tout cela n'était pas très galant.

Au bout d'un moment, et cela sans crier garde, l'attitude de Stanislas changea. Lui qui avançait d'une allure plutôt gaie sembla brusquement regagner tout le sérieux du monde, marchant droit, fier et silencieux, comme si son esprit n'avait absolument pas changé depuis qu'il avait trouvé l'Inu en mauvaise posture.

Bientôt apparurent au loin les contours de ce qu'on pouvait deviner être une auberge. Le jour avait également fait son petit bonhomme de chemin, et les lumières qui émanaient des fenêtres à losange se faisaient de plus en plus intenses à mesure que la nuit les rattrapait, s'apprêtant à s'abattre sur eux. Stanislas s'arrêta et désigna d'un signe de tête l’habitacle qui les attendait au loin.

- Ne t'avais-je pas dis que je connaissais un endroit ? Tu ferais mieux de cesser de soupçonner, la louve. Contrairement à d'autres, nous sommes du même camp.

Le Capitaine sourit à nouveau, et remettant sa capuche sur son visage en laissant son daemon se glisser contre sa nuque, dissimulé des regards un peu trop curieux, reprit sa marche vers leur destination. Stanislas était venu plusieurs fois dans cette auberge ; celle-ci, paumée et n'étant pas particulièrement orientée politiquement parlant, ne causait que rarement d'ennuis, notamment en fonction des gens qui y logeaient pour la nuit.

Avec un peu de chance et de bonne volonté, tout se passerait bien, et il pourrait s'occuper de l'inu tout en ingérant une quantité d'alcool suffisante pour lui faire du bien sans l'altérer. Son pas se fit un peu plus enjoué, alors que la fraicheur de la nuit commençait peu à peu à les entourer, piégés dans son voile d'obscurité.


_________________
And make death proud to take us.











Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Who's afraid of the big bad wolf, pirate can you tell me ? [PV Stanislas Hankou]

Revenir en haut Aller en bas

Who's afraid of the big bad wolf, pirate can you tell me ? [PV Stanislas Hankou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Soren M. " Seth " Brogan - Who's afraid of the big bad wolf ?
» who's afraid of the big bad wolf ? ¤ Ruby S. Lucas
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» Rp avec Thunder Wolf ?
» Bienvenue aux Galeries Red Wolf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sakushi World :: RPG : l'exterieur :: Les bois :: Les chemins-